Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 16:34

bifrost.jpgOn parle de moi dans le dernier Bifrost :

"la nouvelle "Ambassadeur" de Sylvain Lasjuilliarias (qui aurait pu être écrite en 1952, à un ou deux détails près, et encore) ne présente aucun intérêt, comme c'était à craindre (un tel niveau d'indigence stylistique est bluffant)."

C'est donc une critique dithyrambique dont je peux m'enorgueillir lors de mes soirées mondaines. Youpi !

Plus sérieusement, cette critique a été écrite par Thomas Day, qui a la réputation de tailler dans le gras lorsqu'il parle des publications amateurs. Et "Ambassadeur" est une nouvelle mineure dans laquelle j'utilise à dessein un minimum d'effets stylistiques, pour renforcer le côté froid et mécanique du personnage principal.

Néanmoins, ça me fait tout bizarre de voir mon nom cité (sans fautes d'orthographe) dans cette revue, que je lis depuis longtemps.

J'en profite pour ajouter le lien vers une autre critique de la nouvelle (enfin du numéro du magasine Présences d'Esprits où elle paraît), celle du Traqueur stellaire, qui contribue également à ce fanzine avec son excelente rubrique "Ceci n'est pas de la SF").

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 15:55

orient expressLes éditions Jacques Flament ont organisé pour la seconde fois leurs concours intitulé Leitmotiv.

Le principe est d'écrire une courte nouvelle dont les deux premières phrases sont imposées, à savoir

 

 

Fatigués de lutter contre les forces d'inertie, nous roulions soudés vers la nuit, subissant l'odeur aigre des corps entremêlés. Le bruit sourd et saccadé de l'acier sur les rails étouffait les soupirs.

 

La plupart des participants sont partis sur un texte traitant de la déportation. Moi, j'y ai vu quelque chose de plus... érotique (d'où le titre "les quartiers roses"). L'histoire que j'ai écrite se passe sur l'orient express dans les années 70, et on peut y voir les effets de l'abus d'alcool et de sexe avec des inconnus.

Quoi qu'il en soit, ma nouvelle a été retenue et c'est avec une fierté non dissimulé que je peux annoncer que je vais publier mon premier écrit "professionnel". En effet, l'édition de cette nouvelle va donner lieu à un contrat d'édition, des droits d'auteurs, etc.

Du coup, j'en profite pour remercier officiellement ceux qui m'ont relu et aidé à l'écriture de cette histoire : Maggy et Léa Silva.

 

Voila, à bientôt

 

PS : Pour info, les premiers droits d'auteurs tombent au second trimestre 2012 (j'aime cette inertie du monde de l'édition).

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 10:15

Je viens de recevoir deux bonnes nouvelles d'un coup :

 

1)

reveur.jpg

Ma nouvelle "le rêveur de l'Elysée", une nouvelle de science-fiction très récente, très d'actualité et très délirante va être publiée dans le fanzine AOC (je ne mets pas de lien, leur site est l'objet d'attaques de hacker répétées - d'ailleurs, les gars si vous pouviez arrêter un peu... !!)

Les premières lignes :

 

Je vois un grand bâtiment. Tout blanc. Blanc comme de la neige. J'aime manger la neige, ça a goût de rien, mais des fois je me dis que c'est de la vanille. La vanille ça sent bon. La tarte au pommes aussi, ça sent bon. Surtout quand elle sort du four. Un four, c'est dangereux, il ne faut pas le toucher...

 

2)

soleil.jpgMa nouvelle "une explosion de soleil bleu" a été acceptée par le commité de lecture de l'association Transition, pour une anthologie sur le thème "horloges et engrenages". Comme ils disent dans leur mail, c'est original, déroutant et, à mon avis, également très délirant.

Les premières lignes :

 

 

Je suis sur les berges de L'Isle et le soleil de juillet frappe mon front.

Je suis entre deux murs blancs de la Rue des Chaînes.

Je suis sur le trottoir ascendant des Boulevards Montaigne, avec le souffle de la circulation qui me frôle. Les voitures font un bruit de tonneau plein de ferraille qu'on renverse.

 

 

Déroutant, vraiment ?

Pour info, l'action de cette dernière nouvelle se situe à Périgueux, ville où j'habite.

 

Plus d'informations lorsque ces deux fanzines auront paru (sans doute pas avant cet hiver)

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 18:44

Troisième jet de mon roman terminé !

Je me lance donc dans la longue et fastidieuse phase de recherche d'un éditeur. Donc, si par hasard vous êtes intéressé par l'édition d'un roman de Fantasy de 530.000 caractères, qui ne parle ni de roi, ni de princesses, ni l'elfe, ni de trolls, ni de religion, ni de bastons à grands coups d'epées, mais de magiciens, de trafic d'organes, d'enqueteurs et d'extracteurs de pierre...

contactez moi !

Le roman se titre Décadence, il est le premier volet d'une trilogie (si dieu le veut) et il commence comme ça :

 

 

Approchez. Approchez-vous !

Venez écouter l'histoire de la plus grande des cités du monde. Embarquez-vous pour un voyage empli de magie et de mystères.

Mais auparavant, prenez de la hauteur. Élevez-vous au-dessus des nuages, très haut, et contemplez votre monde. On dit qu'il serait carré, qu'il aurait été façonné par les douze Maitres-Mages et leurs dagues créatrices. On dit que nul homme ne peut en faire le tour à pieds en une vie. On dit que quiconque tente d'en franchir les limites sombre dans une folie immédiate.

C'est votre monde. Vous en faites désormais partie...

 

PS : Une nouvelle de moi, Ambassadeur est au sommaire du magazine PdE n°66,

et je suis très fier !

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 21:45

coriolis.jpg

 

 

Ma nouvelle "la force de coriolis" n'a pas été retenue par le commité de lecture de la revue Freaks Corp. Mais comme ils ont bien aimé, elle est lisible sur leur site.

 

 

 

Par contre, le jury qui a délibéré pour le prix vision du futur n'a sans doute pas du tout aimé ma nouvelle "friday night fight". Il faut dire qu'elle était dans l'univers de mon roman "alienation" et qu'ils n'avaient pas les clefs pour la comprendre  (enfin c'est ce que j'essaie de me dire).

J'espérais la voir dans les 3 premiers, mais elle ne fais même pas partie de l'accessit, ni des nouvelles "remarquées" (comme c'était le cas pour "la force de coriolis").

Enfin, le roman n°2, Décadence, avance très bien et devrait etre entre les mains d'un paquet d'éditeur à la fin de l'été ou à l'automne (et c'est en grande partie pour ça que je poste si peu de textes sur ce blog)

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 13:29

Le second opus du zine de la communauté autres mondes est sorti : ici (avec une histoire à moi dedans)

Un grand bravo à Alice pour le travail qu'elle fait là-dessus !

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 16:23

Voici le début d'une nouvelle que je suis en train d'écrire. Une nouvelle fantastique, pour changer.

Son titre est 28 jours. Je vous laisse deviner quel est le sujet...

 

21 avril 02h23

Réveille-toi, c'est le moment.

Je m'ébroue et me redresse dans le lit, respirant comme un poisson hors de l'eau. Les yeux à moitié collés, je me lève et j'effectue le rituel. Un verre d'eau citronnée sur la table de nuit, des suppositoires d'analgésiques, des serviettes, une bassine vide à côté du lit. Je t'accorde un dernier regard, tu te tords de douleur sur les couvertures. Tu sues, des mèches noires sont collées contre tes tempes. Je ferme la porte sans un mot et me couche sur le canapé. Des boules dans les oreilles, un livre. Le sommeil va mettre un peu de temps à revenir.


21 avril 07h30

Le réveil qui ne sert qu'un jour par mois crachote ses informations. Je le coupe d'un geste las. Debout. Pipi, petit déjeuner à base de café et tartines et douche très chaude. Second café, serré. Une brève incursion dans la chambre conjugale. Tu dors, en travers du lit, le visage détendu. Au sol git une boule de serviettes tachées de sang, que tu as déposée à mon attention. Je réprime un haut-le-coeur en l'attrapant. C'est gros comme un ballon de football, encore tiède, poisseux. Je la jette dans un sac poubelle, que je ferme et que je fourre dans le container. Je me lave les mains avec de la crème à récurer.

(...)

 

 

Allez, bon appétit quand même.

 

Sinon, Zordar a aimé ma nouvelle, l'Homme qui rebondit.

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 09:24
rebond.jpgA l'heure où mon projet d'édition de mon roman Alienation tombe à l'eau, une bonne nouvelle arrive dans ma boite aux lettres : le 15ème numéro de l'excellent fanzine AOC.
Et au sommaire... L'homme qui rebondit.
Il paraît que c'est des meilleures nouvelles que j'ai écrite jusqu'à présent, et c'est en tout cas la plus originale. J'aurais sans doute dû la proposer aux magazines sérieux, avec une forte probabilité de rejet, mais j'ai préféré persister dans le fanzinat. Plus sympatique, plus ascessible, plus social.
Un lien pour plus d'infos et pour commander le numéro :
http://www.presences-d-esprits.com/boutik/product_info.php?cPath=23_22&products_id=110
Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 17:53
Un article sur Alienation, sur le site de l'éditeur : ici. En fait d'article, c'est plus un teaser, un texte qui donne envie de lire le livre. Est-ce que ça marche ?
Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 09:29
Voici un extrait du roman Alienation. Bonne lecture...

La façade terne du Comité s’imposa devant les deux comparses, réduisant leurs bavardages au niveau zéro. Il était en effet impossible de ne pas remarquer le panneau aux dimensions impressionnantes qui la dominait. Léocadie fut toutefois déçue de constater que ce n’était qu’une devanture miteuse aux carreaux sales placée au pied d’un ensemble de logements sociaux vétustes. Une odeur d’urée lui piqua le nez lorsqu’elle s’arrêta sur le trottoir. Elle se demanda soudain pourquoi Gino avait été si impatient de lui montrer cet endroit, au point d’en avoir abandonné sa séance de caricatures place Saint-Silain.

Allons-y, invita le peintre, excité comme un jeune chien. Tu vas voir, tu vas voir…

Léocadie, dubitative, n’avait pas esquissé le moindre mouvement. Elle fut subitement entraînée par le bras en direction du local. Lorsque la porte s’ouvrit, un tintement cristallin retentit comme dans les vieilles échoppes dont Sophie était friande, et une odeur de moisi vint remplacer celle de l’urine. Elle pénétra dans une pièce oblongue, étriquée et sombre. Les murs, anciennement crépis, tombaient en fins lambeaux sous l’effet du vieillissement et des insectes morts jonchaient le sol aux endroits que le balai ne connaissait pas. Gino s’approcha du seul bureau qui trônait au fond de la pièce et salua son occupante. Cachée derrière un système média datant du siècle dernier, cette dernière ne bougea pas un muscle. Léocadie n’entendit que sa voix éraillée par l’abus de cigarettes qui disait :

Bonjour, mon grand fou.

Léocadie s'avança et tenta un bonjour léger et suave. Une tête émergea alors de derrière l’écran de contrôle, bouffie, pâle, et plantée de petits yeux rapprochés.

Qui c’est ? demanda-t-elle à Gino. Encore une de tes conquêtes ?

Perdu, répondit-t-il en toute modestie. C’est une nouvelle adhérente.

Un sourire illumina le visage congestionné de la présidente du Comité.

Ha, c’est bien de voir des nouvelles têtes. On en a bien besoin, ces temps-ci. Comment s’appelle-t-elle, cette nouvelle tête ?

Léocadie, répondit-elle d’un ton tranchant.

La présidente fit une moue perplexe. Elle ressemblait à un pitbull contrarié.

Ma foi, brailla-t-elle de sa voix rauque, je savais qu’on avait le droit d’appeler ses drôles n’importe comment, mais j’avais encore jamais vu de prénom comme ça.

Léocadie s’abstint de tout commentaire et conserva une attitude aussi calme que possible. Elle demanda simplement :

C’est ici le fameux comité révolutionnaire ?

Ben oui, dit-elle en ouvrant ses bras en signe d’impuissance et en les laissant retomber à plat sur son bureau gris. C’est pas très reluisant, mais c’est mieux que rien.

Léocadie est Marxiste, laissa échapper Gino visiblement fier d’avoir retenu le mot.

Tu sais mon gros, commenta la présidente, ici, on fait feu de tout bois, du moment qu’il y a un peu de liquide au bout. T’as de l’argent ma belle, du moins je l’espère, parce que sans monnaie, pas de comité. C’est que j’ai une boutique à faire tourner, moi !

A suivre...



Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article

Avancée des différents projets

Voici tous mes projets actuels, avec leur nature et leur état d'avancement.


 

Rêve de papier (Roman ado) : V3 terminée, en recherche d'un éditeur.

Depuis que son père a disparu, Martin note ses rêves sur des blocs notes. Sa vie prend un tournant innatendu lorsqu'il rencontre Sasha, une blonde qui hante ses rêves depuis plusieurs années...

 

La Marche Rouge (polar - fantasy, adulte, suite de Décadence) : premier jet en cours, chapitre 14 sur 14.

Badia et Fahim ont pris des chemins différents. Le devin tente d'oublier ses chimères et a trouvé une retraite dans un Temple perdu dans la montagne. La jeune femme est quant à elle de retour à Twynte, bien décidée à rendre l'organicisme officielle...

 

Celui qui parle (roman ado) : premier jet terminé.

Le 31 décembre 1999 à minuit, la voix a disparu de la surface de la terre. Plus personne ne parle. Sauf Roméo, qui est justement né le 31 décembre 1999 à minuit. Mais ce n'est pas facile d'être Celui qui Parle, dans un monde devenu muet...

 

Les démons de l'East End (recueil de nouvelles policier / fantastique) : 4ème nouvelle en cours de rédaction : 21b Baker Street

Lors de l'été 1890, une horde de démons de l'enfer a déferlé sur Londres. La plupart ont été tués durant la première semaine. Mais les survivants se sont terrés dans l'est de la capitale britanique et commentent à l'occasion des crimes horribles...

 

A corps perdu (Bande dessinée réaliste) : découpage en cours (21 pages découpées sur 54).

Bérénice a un comportement particulier : elle utilise les choses, les gens, les boulots, puis les jette. Mais sa vie change le jour où emménage chez elle un chat qui parle.


Rechercher