Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Sang d'huître

Un jeune garçon est arrivé récemment dans notre village. Une vingtaine d'années, grand, brun, des yeux d'un bleu azur ... il a bonne allure ... Guillaume qu'il s'appelle. Il pourrait être mon petit-fils tant il ressemble aux gens d'ici. Pourtant, il dit venir des terres, là où ils confondent les couleurs du ciel et de la mer. Il dit qu'il ne restera pas longtemps, qu'il aime voyager. En attendant, pour vivre sur la route, il cherche du travail. Gwen est malade, alors Yann le Boîteux lui a dit qu'il le prenait dans son équipage pour le départ de demain. Il est fou le Boîteux. Qu'est-ce que ça vaut sur l'eau un gars des plaines ?! Il sera même probablement malade. Je vais bien rire moi.

Le ciel est à l'orage. Ils vont devoir s'accrocher. Et avec une mer pareille, il va valser le jeunot. Remarque, ce sera un bon test. J'espère que le Boîteux n'interviendra pas et le laissera se débrouiller. Ça fera une bonne histoire à raconter quand ils rentreront. C'est une sortie de trois jours. Alors il aura largement le temps de se faire une idée sur ce que vaut ce sang de cochon. Et puis, s'il est à la hauteur, on l'aidera peut-être un peu, après. Y a des petits coups de pouce qui ne se refusent pas. Bah tiens, on dirait presque que j'y crois qu'il aurait sa chance le Guillaume. Sinon, de toute façon, nous nous occuperons bien de lui, les soeurs et moi ... hahaha.

Alice


Le ciel s'est assombri. Il n'y a plus que la petite flamme vacillante de la bougie qui éclaire un coin de mon fauteuil et
la table de chevet.

- Qu'est-ce qui se passe mamie ? Tu parles toute seule ?

Manon passe sa tête par la porte. Je vois la flamme qui danse dans ses yeux bleu de mer.

-Viens ma petite, viens dire bonne nuit à mamie.

Elle me fait une bise et relance :

- Tu parlais du nouveau venu ? De Guillaume ?

Je hoche la tête. Je vois bien que ce jeune homme ne la laisse pas indifférente. Le charme des terres... La petite pense aux garçons depuis quelques mois. Ses parents sont trop occupés pour s'en apercevoir, mais moi je le vois bien.

- On dit qu'il est magicien, me confie-t-elle, le regard brillant. Il cherche une épave qui contiendrait un objet magique. Une bague surmontée d'une perle. »

Je souris.

- Une bague magique ? Moi je croyais qu'il était sans le sous et qu'il avait pris le premier boulot qu'on lui avait proposé.

- Non, j'ai vu sa bourse à la taverne. Elle est pleine d'or. Et son bâton, c'est un bâton de magicien, c'est sûr.

La petite s'est assis sur un tabouret, à côté de mon fauteuil.

- Ma foi, fais-je en bâillant, on verra bien ce qu'il vaut quand il reviendra de sa première sortie en mer. Si c'est un magicien, peut-être qu'il marchera sur l'eau !

Manon rigole. Je prends la main de la petite-fille et lui demande de m'aider à rentrer dans le lit. Les draps son froids mais se réchauffent vite. Dehors, le vent de l'orage fait déjà trembler les tuiles de la grange.

Sylvain

Second jour en mer, et toujours la même effervescence sur le pont. Le Boîteux hurle ses ordres à l’équipage, tentant de se faire entendre au milieu du vacarme assourdissant des vagues se brisant avec fracas contre la coque du Whisper in the dark. Parfois, les propos du capitaine sont à ce point inaudibles qu’il lui arrive de devoir se ruer lui-même sur un poste pour effectuer avec force et précision la tâche attendue. Les gars en restent bouche bée. Chaque marin a alors le sentiment qu’il pourrait donner sa vie pour cet homme que tous respectent au plus haut point. Tous, sauf peut-être Guillaume que les exigences du Capitaine commencent à exaspérer.

Guillaume suit sa propre quête, une quête de la plus haute importance qui plus est. Trouver la bague d’Araknor est devenu vital. Pas seulement pour sa confrérie, mais pour tous les habitants de la Grande Plaine. Mais ce Capitaine ne l’épargne guère depuis l’embarquement, lui réservant les pires corvées que l’on puisse réaliser sur un bateau de cette taille, et exigeant de lui un degré de perfection dans son travail qui frise la folie. A croire que le Boîteux veut faire de lui un vrai moussaillon. Mais Guillaume a bien d’autres talents, plus… spectaculaires.

La veille du départ, Guillaume est allé voir le Boîteux. Il lui a confié quelques détails de sa quête. Oh, rien de bien précis, juste de quoi convaincre le Capitaine de le prendre sur son navire. Le jeune homme lui a dit chercher une épave, et il en connaissait l’exacte position en mer. Le deal était donc simple. Le Boîteux acceptait d’embarquer Guillaume sur son bateau et de faire route vers l’épave. En échange, lui et son équipage pourraient conserver tous les trésors qu’ils ne manqueraient pas de remonter à la surface.

Guillaume avait simplement omis de parler de deux ou trois choses : de l’étendue de ses talents, de la bague et… de son effroyable gardien…

Jason

Troisième jour en mer, la tempête fait rage. Hier soir la neige s’est mêlée aux éclairs de l’orage. De mémoire de marin, personne n’avait vu un temps si épouvantable. Guillaume a trouvé ça beau. Il savait qu’au fond de cette tourmente se trouvait la bague. Il ne paraît pas bien rassuré le Boiteux, on dirait même que l’apparente sérénité de Guillaume l’effraye encore plus.

- Avec c’te neige, pas possible qu’on s’en sorte, grommelle le Capitaine.

- C’est pas de la neige, réplique Guillaume.

- C’est quoi si ce n’est pas de la neige ?

- Du sang d'huître.

Le Boîteux hausse les épaules et s’en retourne à la barre. Il y sera toujours plus utile qu’à écouter les sornettes de ce jouvenceau qu’il aurait mieux fait de ne jamais embarquer. Guillaume reste seul, contemplant les gouttes de sang d'huître qui tombent comme des larmes. Il sait reconnaître lui, le sang d'huître. La bague, la bague d’Araknor n’est pas une bague avec une vulgaire perle d'huître, il s’agit d’une perle de sang d'huître, les plus rares, les plus belles, les plus magiques.

Le froid se fait soudain plus vif, rongeant les os. Ils arrivent. Guillaume court prévenir le Boîteux.

- On y est, crie-t-il pour se faire entendre parmi le vacarme du vent et des vagues. Il est même obligé de le crier plusieurs fois. On y est, on y est.

Le Boîteux, d’un signe de tête, lui montre qu’il a compris et se concentre de nouveau sur la navigation. Soudain ses yeux paraissent sortir de leur orbite, la peur déforme son visage. Il désigne du doigt une créature monstrueuse, mi aquatique, mi aérienne avec ses ailes de dragon, un dragon qui ne cracherait pas de feu mais du sang d’huitre, du froid et du vent. Il est de la couleur du ciel et des vagues, gigantesque, effrayant. Sa queue de poisson démesurée fait trembler l’océan, entraînant des lames énormes, bien plus hautes que le bateau.

- Il ne nous laissera jamais s’approcher de l’épave, parvient à murmurer le Boîteux.

Guillaume devine plutôt qu’il n’entend ce que dit le Boîteux. Il sourit. Il va devoir montrer de quoi sa magie est capable.

Aude


Il étend les bras, face au vent, son bâton vertical, et prononce des paroles d’une voix calme. Nul sur le navire ne peut entendre ses paroles, noyées par le vacarme du vent et de la mer.

Le boiteux est le premier surpris. Un tel calme, sans aucune transition, après la tempête, fait l’effet d’un coup de poing. Tous observent. Le temps est figé. Les vagues énormes sont immobiles comme autant de montagnes d’eau. La plus grande, une gigantesque lame d’eau, se dresse devant le « whisper ». Même le sang d'huître reste en suspension dans l’air, avec les embruns. A la proue, Guillaume contemple le résultat d’un air satisfait, avant de sauter prestement du navire. Le boiteux se précipite vers l’avant pour aller voir. Devant lui, sur la mer immobile, Guillaume marche comme il marcherait sur un chemin. Il se dirige droit vers la vague. Il ne lui faut que quelques pas pour atteindre le début de la pente d’eau. Il s’y arrête et attend.

Alors, dans le gigantesque mur d’eau qui se dresse devant le navire, apparaît la tête du dragon. Une tête immense, bleue verte, dont les yeux rouges luisent d’intelligence. Le spectacle de cette tête dans la vague, comme une fresque monumentale, achève de clouer sur place les membres de l’équipage. Seul Guillaume, qui savait à quoi s’attendre, et le Boîteux, dont l’expérience a appris à n’être surpris de rien, font bravement face à la créature. La voix de celle-ci, grave et puissante, retentit dans leur tête plus que dans l’air

- Qu’est-ce qui justifie que les gens comme vous viennent ici risquer leur vie ?

Piqué au vif, le boiteux lance « On nous a payé pour ça ! »

- Tais-toi ! Lui crie Guillaume, qui se remet face au dragon. Je m’appelle Guillaume, et je suis magicien. Je suis venu te faire face et te défier pour obtenir l’anneau du pouvoir ultime, la bague d’Araknor. Je connais les règles et j’attends ton énigme. J’ai étudié longtemps les ouvrages du savoir humain et non-humain, et je saurai répondre à ta question.

Le dragon baisse les yeux sur le magicien.

- Mon énigme, jeune impudent, je l’ai posée, et ta réponse ne me satisfait pas, car ta justification est celle d’un fou arrogant et assoiffé de pouvoir.

Guillaume jure, les premières paroles du dragon lui reviennent à l’esprit. « Qu’est-ce qui justifie que les gens comme vous viennent ici risquer leur vie ? » Il avait manqué de vigilance. Prenant son bâton dans ses deux mains, il se prépare à lutter contre le dragon. Mais celui-ci n’attaque pas, il relève la tête et regarde Yann

- Marin, dit il à ce dernier. Ta réponse est celle d’un homme honnête et me convient. Emporte avec toi le trésor que je garde et repars.

La tête du dragon se retire dans la vague, jusqu’à disparaître. Incrédule, Guillaume regarde le capitaine qui lui renvoie un regard perplexe. Et soudain le temps, figé, se remet en marche. Le vent reprend son cri furieux, la merde déchaîne et la vague immense s’abat, engloutissant le navire et ses occupants…

 

Un grincement de porte fait tourner la tête de mamie. Le visage frais et souriant de Manon apparaît dans l’entrebâillement de la porte.

- Je te dérange, Mamie ?

- Point du tout, ma fille. Entre donc me dire bonsoir.

La jeune fille dépose une bise sur la joue de son aïeule et s’assoit à coté d’elle, sur une chaise que mamie avait visiblement préparée à son intention.

- Alors, quelles sont les nouvelles ?

- Le nouveau navire de Yann est rentré de la pêche. Ses cales étaient remplies. On dit que la bonne fortune est sur lui, depuis qu’on a retrouvé l’équipage entier du « whisper in the dark » échoué sur la plage, tous vivants et entiers, malgré la tempête qu’ils ont essuyée.

- Et Guillaume, le jeune sang de cochon ?

- Mamie ! Ne l’appelle pas comme ça. Guillaume travaille maintenant avec Yann. Il travaille dur, tu sais. On le voit toujours avec son bâton, mais il s’en sert de moins en moins. On dirait qu’il a trouvé sa voie finalement. Il n’arrête pas de demander au boiteux la bague qu’il a au doigt, mais Yann lui répond toujours qu’il l’a méritée, lui. J’ai pu la voir, Mamie, elle est magnifique, tu verrais la perle qui orne l’anneau…

- Ca doit bien te faire plaisir qu’il reste, finalement.

Manon rougit.

- Pour fêter leur retour et leur pêche, on organise une fête à la taverne. J’ai pu voir Guillaume et il m’a acceptée comme cavalière pour la première danse.

La vieille rit.

- Alors file, jeune fille, ne le fait pas languir !

Manon se lève, dépose une bise sur l’autre joue de sa grand-mère et repart.

- Une dernière chose, lance mamie avant que Manon n’ouvre la porte. Rappelle-moi le nom du nouveau navire du boiteux

- Le « sang d’huître », mamie.

- Merci, mon ange, allez va !

La jeune fille ferme la porte et la vieille femme l’entend qui s’éloigne en courant. Elle ferme les yeux, Un sourire aux lèvres.

Space Freak

Partager cette page

Repost 0
Published by

Avancée des différents projets

Voici tous mes projets actuels, avec leur nature et leur état d'avancement.


 

Rêve de papier (Roman ado) : V3 terminée, en recherche d'un éditeur.

Depuis que son père a disparu, Martin note ses rêves sur des blocs notes. Sa vie prend un tournant innatendu lorsqu'il rencontre Sasha, une blonde qui hante ses rêves depuis plusieurs années...

 

La Marche Rouge (polar - fantasy, adulte, suite de Décadence) : premier jet en cours, chapitre 14 sur 14.

Badia et Fahim ont pris des chemins différents. Le devin tente d'oublier ses chimères et a trouvé une retraite dans un Temple perdu dans la montagne. La jeune femme est quant à elle de retour à Twynte, bien décidée à rendre l'organicisme officielle...

 

Celui qui parle (roman ado) : premier jet terminé.

Le 31 décembre 1999 à minuit, la voix a disparu de la surface de la terre. Plus personne ne parle. Sauf Roméo, qui est justement né le 31 décembre 1999 à minuit. Mais ce n'est pas facile d'être Celui qui Parle, dans un monde devenu muet...

 

Les démons de l'East End (recueil de nouvelles policier / fantastique) : 4ème nouvelle en cours de rédaction : 21b Baker Street

Lors de l'été 1890, une horde de démons de l'enfer a déferlé sur Londres. La plupart ont été tués durant la première semaine. Mais les survivants se sont terrés dans l'est de la capitale britanique et commentent à l'occasion des crimes horribles...

 

A corps perdu (Bande dessinée réaliste) : découpage en cours (21 pages découpées sur 54).

Bérénice a un comportement particulier : elle utilise les choses, les gens, les boulots, puis les jette. Mais sa vie change le jour où emménage chez elle un chat qui parle.


Rechercher