Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 11:02
Un texte qui ressemble à un extrait de roman mais qui n'en est pas un. Il pourrait donner vie à une nouvelle, à la rigueur. Il se situe dans l'univers du roman que je rédige en ce moment (quand les bébés m'en laissent le temps), nommé Décadence.
Mon objectif était de décrire un endroit "poétique", quoi que cela veuille dire, et je suis parti du titre.
Pour info, je suis en train de lire la cité du Gouffre, d'Alastair Reynolds et son style a indubitablement inspiré ma prose.


ile.jpgLe courant de la Ronde m'emportait de plus en plus poussivement depuis que j'avais dépassé les rapides de Tene-Gehit, et c'est avec une lenteur presque magique que j'arrivai à la hauteur de l'île aux cheveux. Elle m'apparut tout d'abord comme une ligne brune posée sur le bleu-gris du fleuve, rien de plus qu'une illusion d'optique. Puis elle gagna en épaisseur, en réalité, et emplit entièrement l'horizon. La Ronde faisait à cet endroit un gigantesque grand écart pour éviter cet îlot, comme posé au milieu de son lit par un géant précautionneux, et il m'aurait fallu de grands efforts pour empêcher mon radeau de s'échouer sur la plage de sable qui bordait l'île.

J'avais déjà entendu parler de ce lieu. Une île sur laquelle poussait une plante unique, rare, dont les racines plongeaient dans le sol sableux jusqu'à l'eau de la Ronde. Sa surface en était entièrement recouverte, et les hommes qui cultivaient ce végétal déambulaient sur des petites échasses pour écraser le moins de possible de cette herbe miraculeuse. Car cette plante – dont le nom m'échappait, mais que l'on appelait communément « herbe à cheveux » était vendue à prix d'or dans le monde entier pour servir dans la confection de perruques de luxe, destinées aux mages atteints de la Décadence.

Je tirai mon esquif sur la plage et fit quelques pas en direction de l'intérieur de l'île. Je ne pus m'empêcher de ressentir un frisson à la base du crâne. On aurait vraiment dit qu'un tapis de cheveux poussait à même le sol. Bruns, roux, blonds, noirs, les tiges passaient par les mêmes nuances que les cheveux humains ; ils formaient des groupes de couleurs homogènes de plusieurs mètres carrés, ce qui donnait l'impression de se trouver face à un immense patchwork soyeux.

Je me penchai pour caresser les plantes qui poussaient près de moi. Leur douceur surpassait largement celle de mes propres cheveux – je ne m'étais pas offert le luxe d'un bain depuis des semaines – et leur texture rappelait celle des cheveux des bébés. A la différence des lourdes tignasses qui retombaient mollement sur le crane des hommes, ces fibres se dressaient comme des bruns d'herbe d'une infime finesse et ondulaient à la moindre brise. Peut-être retombaient-ils sans vie lorsqu'on les arrachait. Je résistait en tout cas à vérifier cette hypothèse et entrepris de contourner le champ en suivant la grève par le Nord. J'espérais bien rencontrer des cultivateurs et je ne voulais pas risquer de me faire mal voir en laissant mes empreintes grossières dans leur incroyable champ.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Ecriture
commenter cet article

commentaires

Alice 08/01/2010 09:15


Et côté odeur, ça donne quoi ? On garde le parfum marin de bord de mer ou ...


Sylvain Lasju 08/01/2010 12:52


Bonne question... Je suppose que ça sent plutôt la mer, vu que les plantes en question n'ont pas de fleurs.


Avancée des différents projets

Voici tous mes projets actuels, avec leur nature et leur état d'avancement.


 

Rêve de papier (Roman ado) : V3 terminée, en recherche d'un éditeur.

Depuis que son père a disparu, Martin note ses rêves sur des blocs notes. Sa vie prend un tournant innatendu lorsqu'il rencontre Sasha, une blonde qui hante ses rêves depuis plusieurs années...

 

La Marche Rouge (polar - fantasy, adulte, suite de Décadence) : premier jet en cours, chapitre 14 sur 14.

Badia et Fahim ont pris des chemins différents. Le devin tente d'oublier ses chimères et a trouvé une retraite dans un Temple perdu dans la montagne. La jeune femme est quant à elle de retour à Twynte, bien décidée à rendre l'organicisme officielle...

 

Celui qui parle (roman ado) : premier jet terminé.

Le 31 décembre 1999 à minuit, la voix a disparu de la surface de la terre. Plus personne ne parle. Sauf Roméo, qui est justement né le 31 décembre 1999 à minuit. Mais ce n'est pas facile d'être Celui qui Parle, dans un monde devenu muet...

 

Les démons de l'East End (recueil de nouvelles policier / fantastique) : 4ème nouvelle en cours de rédaction : 21b Baker Street

Lors de l'été 1890, une horde de démons de l'enfer a déferlé sur Londres. La plupart ont été tués durant la première semaine. Mais les survivants se sont terrés dans l'est de la capitale britanique et commentent à l'occasion des crimes horribles...

 

A corps perdu (Bande dessinée réaliste) : découpage en cours (21 pages découpées sur 54).

Bérénice a un comportement particulier : elle utilise les choses, les gens, les boulots, puis les jette. Mais sa vie change le jour où emménage chez elle un chat qui parle.


Rechercher