Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 09:58

Je réalise qu'il n'y a pas un seul extrait de Décadence sur le site. Voici donc la chose réalisée. Il s'agit du début du premier chapitre, qui débute l'enquête policière.

 

 

Agatha Print prit place derrière la table en pin qui avait été précipitamment placée dans la salle des envoûteurs. Le meuble était bancal, gravé de petits gribouillages et constellé de coulures de bougies. Il faisait écho à l'ambiance de la pièce, un carré de petite taille, flanqué d'une paillasse et d'une fragile étagère. Une fenêtre donnait sur une rue qui restait sombre toute la journée.

En face d'elle s'assirent les deux hommes qui désiraient lui parler.

Le premier lui plut immédiatement, du moins physiquement. Sa carrure d'athlète lui rappelait les porteurs qui pullulaient dans les rues, mais sans leur dos courbé et leurs rictus fatigué. Sous des boucles châtain se dessinait un visage symétrique, aux angles marqués, au teint buriné. Son sourire se voulait sans doute professionnel, elle le trouvait désinvolte et charmeur.

Le second, en revanche, lui inspirait un pur sentiment de rejet. À côté du colosse, il faisait figure d'avorton. Sa silhouette fine, presque féminine, se mariait mal avec la rigueur de ses traits. Ses cheveux noirs et crépus, ses yeux bleus en oblique et son menton pointu lui donnaient l'air d'un esprit farceur incarné en homme. L'impression était renforcée par ses manières calmes et précieuses. Il portait des vêtements de cuir noirs, comme les altérateurs, et un long collier vert qui pendait jusqu'à son giron.

Sans surprise, lorsqu'il se mit à parler, elle trouva sa voix aigrelette et désagréable :

– Merci de nous recevoir, dit-il. Je suis l'enquêteur Lévi et voici mon associé, Carl Bacoul. Nous interrogeons tout le personnel de l'hôpital et nous avons l'autorisation écrite de M. Nerval.

L'enquêteur fit glisser une feuille brune et craquelée en direction de l'envoûteuse, qui la parcourut rapidement.

– Pourquoi cette enquête ?

– Nous sommes mandatés par quelqu'un de très haut placé dans la ville. Avez-vous entendu ou vu quoi que ce soit d'inhabituel dans cette clinique ?

Agatha se lécha les lèvres.

– De très haut placé ? Un Remarquable ?

– Qui préfère garder l'anonymat.

La femme croisa ses jambes fines et s'autorisa un instant de réflexion.

– Il y a des gens pas très fréquentables qui traînent toute la journée en bas. Des faux malades, des pickpockets, des types ivres morts, des lépreux. Des trucs inhabituels, j'en vois tous les jours. Vous n'avez pas de question plus précise ?

Le nabot se racla la gorge.

– Nous avons des raisons de penser que certains organes sont enlevés, disons... prélevés sur des patients pour être revendus.

– C'est horrible. Qui ferait cela ?

– Des gens malhonnêtes.

Elle se gratta le menton. Lévi le remarqua et ses yeux brillèrent un court instant.

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 12:07

Phil Beker a commencé un site de critiques de livres de SF / Fantasy. Vous allez me dire que ce n'est pas très original et qu'il en existe pléthore.

Oui.

Mais celui-ci est fait par un journaliste, et les articles sont courts et efficaces. La mise en page est élégante et efficace. En plus, pas mal de chroniques portent sur des classiques du genre (la Horde du Contrevent, la stratégie Ender, etc.) et c'est toujours bon de faire semblant de les avoir lus.

 

Allez, c'est par ici : ImaginR.

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans blabla
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 15:46

C'est Alice du site Question SFFF qui s'y cole est c'est ici.

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 16:18
Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 11:51

Avis aux amateurs de liseuses, kindle et et auters tablettes...

Décadence est désormais disponible au format e-Pub, avec ou sans drm, au prix modique de 9.99 € !! (à peine plus cher qu'une place de cinéma)

Laissez-vous tenter, c'est l'été...

 

Et c'est sur Numilog que ça se passe.

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 18:06

J'ai été interviewé par Fabien Lyraud, qui tient le blog propos iconoclastes. Il y parle des littérature de l'imaginaire et il met en lumière des jeunes auteurs (des espoirs, comme il dit) du genre.

Pour lire l'interview, c'est ici.

 

PS : je rappelle aux périgourdins que je suis demain, samedi 29, en dédicace au centre culturel Leclerc

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 13:45

tenebres-2013.jpgSylas a encore frappé.

Alors que le monde entier ne parle que de son roman...

OK, je me calme. En effet, les premiers retours oraux de Décadence sont bons. Mais une aftualité pouvant en cacher une autre, j'écris ici pour parler d'une autre parution : la Nouvelle "Le Bonhomme" qui est au sommaire de l'anthologie annuelle "Ténèbres".


Qu'est ce que ténèbres  ? Une compilation de textes d'inspiration fantastique / horreur, issus d'auteirs français ou traduits. Je n'ai pas encore lu l'exemplaire que j'ai reçu, mais ça me parait être de très bonne facture.

 

Qu'est-ce que "le Bonhomme" ?

Une nouvelle tout courte, qui parle d'un instit de maternelle faisant réaliser à ses élèves un gros bonhomme à la peinture, sur une feuille au format affiche. Je n'en dis pas plus, mais si les dessins restaient toujours sagement sur leur support, ça se saurait.

 

Sinon, je suis en train de bien avancer sur la suite de Décadence, dont le titre de travail est "La marche Rouge". Je mettrai un extrait bientôt. Enfin un jour.

Peut-être.

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 09:23

Oui, le voilà qui vole de ses propres ailes, ce premier roman. Et il a fait des petits. Quelques uns se sont posés dans ma boite aux lettres :


DSCF0058-copie-1.JPG

 

Et il paraitrait que d'auters exemplaires uns se sont posés dans les rayonnages de librairies :

 

2013-05-25-13.35.59-copie-1.jpg

 

Il est aussi présent sur l'étalage des éditions Asgard, en ce moment aux Imaginales d'Epinal :

 

auteur79.jpg

 

Vous Vous l'avez compris, Décadence est désormais en vente, 18 € TTC pour 325 pages de bonheur.

Il peut également se commander en ligne, par exemple ici.


Se posera-t-il dans votre bibliothèque ?

 

PS : Pour les sceptiques, voici le lien vers la présentation de l'éditeur. Et s'ils disent qu'ils offrent un roman, c'est une façon de parler. Ils le vendent...

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 09:59

gatsby.jpgA l'occasion de la sortie en salle du film "Gatsby le Magnifique", Cap'Cinema a organisé un concours de "textes" (ni nouvelles, ni poèmes, n'importe que truc avec des mots faisait l'affaire), sur le thème du romantisme façon Scot F. Fitzgerald, en moins de 2000 signes.

Bon, faire du romantique en une demi-page, c'est pas évident. C'est pour ça que le texte que j'ai écrit était environ deux fois trop long. Je l'ai épuré et envoyé au comité de lecture, qui ne l'a pas retenu (ainsi racouri, il n'avait plus aucun intéretr et je ne l'aurais pas retenu moi-même).

Quoi qu'il en soit, voici le texte dans sa version longue :

 

 

 

Charlie le Magnifique

 

Il n'y avait qu'elle. Elle et son chapeau tout droit sorti des années folles, le croisement entre une méduse et une boule à facettes. Sur n'importe quelle tête, l'accessoire aurait paru ridicule. Sur la sienne, il se transformait en machine à voyager dans le temps.

Du reste de sa tenue, je ne retiens que la robe couleur argent, dos nu, et le châle émeraude jeté sur ses épaules.

Comme je l'ai dit, il n'y avait qu'elle. Les autres invités se fondaient autour de sa personne en un flou artistique, une masse brouillonne de corps déguisés en pirates ou en arlequins. Des tâches de couleurs qui ne servaient qu'à souligner sa beauté.

Moi-même, je portais une chemise blanche et un costume emprunté dans l'armoire de mes grands-parents. Avec une cane, un chapeau melon et une paire de moustache factice, j'espérais passer pour Charlie Chaplin.

Les époques correspondaient parfaitement. Nous étions deux icônes des années vingt perdues dans ce bal costumé peuplé de héros classiques.

J'avais déjà avalé trois cocktails coup sur coup et je commençais à en ressentir les effets foudroyants. Une mains serrée sur ma cane et l'autre transportant une flûte vide, je m'approchai d'elle. Une impulsion me donna envie de faire tournoyer ma cane, dans une imitation de l'acteur que je singeais, mais un tel geste aurait éborgné au moins trois cow-boys et aurait ruiné mon approche.

Je me plantai donc à côté d'elle, remuant ma moustache à qui mieux mieux, espérant l'amuser à défaut de l'intéresser. Elle tourna gracieusement sa tête vers moi et esquissa un sourire. Je pris mon courage à deux mains inspiration et dis :

_ J'ai comme l'impression que nous nous sommes trompé d'époque.

_ Comme beaucoup ici. Est-ce que vous pensez que les chevaliers portaient des montres ?

Ce fut à mon tour de sourire. Vite, trouver une réponse spirituelle.

_ Ils doivent être en avance sur leur temps.

_ En effet.

Son débit de voix avait quelque chose de languide et suranné, comme l'écho d'une époque plus insouciante, où on avait le temps de réfléchir avant de parler. Cela donnait à son personnage une aura de réalisme dont les autres invités manquaient cruellement. Moi y compris. Je soulevai légèrement mon chapeau et formulai :

_ Charles Spencer Chaplin Junior, pour vous servir.

_ DaisyBuchanan, se présenta-t-elle dans un sourire.

Je connaissais son nom – à moins qu'il ne s'agisse d'un personnage de roman ? Il me fallait maintenant décider quel serait mon prochain mouvement. À travers une fenêtre, je remarquai que le soleil s'apprêtait à disparaître derrière l'horizon. Je proposai mon coude à la demoiselle.

_ Voudriez-vous bien m'accompagner dehors ?

Elle enfila son bras sous le bien et nous fendîmes la foule en nous dirigeant vers le balcon. C'était sur ces quelques mètres carrés que s'entassaient les tous fumeurs de la fête. Qu'importe, je ne me trouvais déjà plus en France. J'étais à New-York en 1925 et sous mes pieds s'étalaient un tapis d'immeubles écrasés par la perspective. L'astre solaire disparut mollement, avalé par l'Empire State Building. Daisy et moi nous accoudâmes à la balustrade et échangeâmes nos goût en matière de littérature, de musique et d'art. Le temps filait autour de nous de manière indécente. À aucun moment nous n'évoquâmes la fête costumée qui nous avait réuni en ce lieu, ni nos connaissances respectives. Il n'existait rien d'autre que nos deux personnages et notre envie mutuelle de nous découvrir.

Au bout d'un temps qui me sembla un battement de cils, Daisy bâilla et je compris qu'il était temps de partir. Mais un doute me comprima la poitrine. Qu'allait-il se passer en dehors, lorsque notre jeu de rôle prendrait fin, lorsque la bulle temporelle serait percée ? Aimerait-elle l'homme qui se dissimulait sous Charlot ? Apprécierai-je autant Daisy lorsque le charme serait rompu ?

Le destin voulut que je n'aie jamais la réponse à cette question. Daisy désira se refaire une beauté au moment de quitter le lieu de la réception. En brave chevalier servant, je l'attendis devant la porte des toilettes durant un bon quart d'heure, avant de réaliser qu'elle ne s'y trouvait plus. Tel un rêve qui effiloche au réveil, elle s'était volatilisée.

Je rentrai chez moi penaud, persuadé d'avoir été victime d'un hallucination ou témoin d'un véritable voyage temporel. Puis je réalisai qu'une fois changée, Daisy aurait très bien pu passer devant mon nez sans que je la reconnaisse.

Je m'étais inquiété de ce qui se serait passé entre nous deux, une fois le charme rompu. Elle n'avait pas voulu prendre le risque et avait plaqué Charlie Chaplin avant qu'il ne redevienne un homme du XXème siècle.

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Ecriture
commenter cet article
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 09:28

Decadence-cover03.jpg 

 

Et oui, tout arrive. C'est avec une émotion non dissimulée que j'annonce la sortie en librairies de Décadence, mon roman de fantasy, dans quelques semaines, aux éditions Asgard.

Le Bon à Tirer est parti à l'impression en fin de semaine dernière et tout est désormais sur des rails.

 


Sur la gauche, la dernière version en date de la couverture du bouquin (cliquer pour agrandir). Couverture que je trouve particulièrement réussie et que l'on doit à Pascal Quidault.

 

 

 

 

Sinon, l'écriture de mon roman "ado", le dernier rêve, touche à sa fin. Dans la semaine, je devrais terminer l'épilogue, suite à quoi il me faudra quelques lecteurs / critiques voulant se prêter au jeu de la bêta-lecture. C'est quoi la bêta-lecture ? C'est lire un livre imparfait et noter dans la marge ce qu'on a aimé (et pourquoi) et ce qui ne fonctionne pas (et pourquoi). Le plus important dans la démarche étant évidemment le pourquoi, ce qui peut permettre à l'auteur d'améliorer son roman.

Si vous êtes intéressé, vous pouvez me le faire savoir en commentaire (format numérique si vous êtes loin, format papier possible si on peut se rencontrer).

 

Sinon, j'ai des nouvelles qui vont sortir à droite et à gauche, mais j'en parlerai une autre fois.

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article

Avancée des différents projets

Voici tous mes projets actuels, avec leur nature et leur état d'avancement.


 

Rêve de papier (Roman ado) : V3 terminée, en recherche d'un éditeur.

Depuis que son père a disparu, Martin note ses rêves sur des blocs notes. Sa vie prend un tournant innatendu lorsqu'il rencontre Sasha, une blonde qui hante ses rêves depuis plusieurs années...

 

La Marche Rouge (polar - fantasy, adulte, suite de Décadence) : premier jet en cours, chapitre 14 sur 14.

Badia et Fahim ont pris des chemins différents. Le devin tente d'oublier ses chimères et a trouvé une retraite dans un Temple perdu dans la montagne. La jeune femme est quant à elle de retour à Twynte, bien décidée à rendre l'organicisme officielle...

 

Celui qui parle (roman ado) : premier jet terminé.

Le 31 décembre 1999 à minuit, la voix a disparu de la surface de la terre. Plus personne ne parle. Sauf Roméo, qui est justement né le 31 décembre 1999 à minuit. Mais ce n'est pas facile d'être Celui qui Parle, dans un monde devenu muet...

 

Les démons de l'East End (recueil de nouvelles policier / fantastique) : 4ème nouvelle en cours de rédaction : 21b Baker Street

Lors de l'été 1890, une horde de démons de l'enfer a déferlé sur Londres. La plupart ont été tués durant la première semaine. Mais les survivants se sont terrés dans l'est de la capitale britanique et commentent à l'occasion des crimes horribles...

 

A corps perdu (Bande dessinée réaliste) : découpage en cours (21 pages découpées sur 54).

Bérénice a un comportement particulier : elle utilise les choses, les gens, les boulots, puis les jette. Mais sa vie change le jour où emménage chez elle un chat qui parle.


Rechercher