Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 21:44

Cette fois-ci ce ne sont pas trois mots, pas quatre mots, pas cinq mots, mais six mots, oui je dis bien six mots qui ont été choisis comme contrainte pour écrire ce texte.

D'ailleurs, ces mots étaient tellement biens que je les ai gardés pour commettre d'autres textes, qui suivront celui-ci.

Quels sont ces mots ? Essayez de deviner et découvrez-les à la fin de cette histoire :

 

Monsieur Persil aimait la citrouille. Il aimait aussi la ciboulette, le boudin, la chasse, le jazz et les xylophones, mais il préférait la citrouille. En face du génie de la lampe, son voeu numéro un aurait été de manger une soupe de citrouille, puis d'être riche et beau. Et bien portant, et sûr de lui... mais il n'y avait généralement que trois souhaits.

Dans sa chambre, un papier-peint immonde orange avait été collé. Dans son bureau, un presse papier en bois sculpté rappelait la cucurbitacée. D'ailleurs, dans la pièce qui lui servait de débarras, un tas d'objets évoquant plus ou moins le légume d'automne s'entassaient sans raison.

Monsieur Persil était obsessionnel. Il mangeait de la citrouille à chaque repas, quel qu'en soit la forme, sélectionnait les programmes télé qui traitaient de son sujet favori et n'adressait la parole qu'à des personnes qui aimaient également le légume orange.

Tous les ans, pour Halloween, monsieur Persil se déguisait en citrouille. Cette fête était son plaisir ultime, son Noël. Il se promenait à travers la ville, à moitié en transe, et distribuait à qui mieux mieux des pâtisseries à la citrouille. Les gens le connaissaient et le toléraient, voire l'appréciaient pour sa bonne humeur.

Mais pas en ce trente-et-un octobre 2008. On avait découvert qu'une certaine variété de cucurbitacées avaient empoisonné un village en Amérique du sud. Les citrouilles tueuses, avait titré un quotidien. Monsieur Persil était atterré. Pourquoi lui faire ça, à lui, le plus beau jour de l'année ? Tel un enfant adopté qui apprend sa véritable descendance, son cerveau se mit à tourner à plein régime, anarchiquement, follement. Son oeil s'attarda sur la première chose qu'il vit et son esprit s'y accrocha comme un noyé à une bouée. Monsieur Persil ne serait plus jamais le même.

S'il y a une chose que monsieur Persil adore et collectionne, ce sont les squelettes. Portes-clefs, autocollants, coloriages, radiographies, tout est bon pour assouvir sa passion...

Et les trois mots sont...

Pièce – souhait – xylophone – papier – ciboulette - squelette

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Ecriture
commenter cet article

commentaires

Alice 14/06/2009 10:31

C'est fou ces gens qui ont besoin d'une obsession pour vivre ^^

Sylvain Lasju 14/06/2009 10:38


Ah oui, completement. Y'en a même qui sont fanas d'écriture, ou de science fiction.
Des fous ...


Avancée des différents projets

Voici tous mes projets actuels, avec leur nature et leur état d'avancement.


 

Rêve de papier (Roman ado) : V3 terminée, en recherche d'un éditeur.

Depuis que son père a disparu, Martin note ses rêves sur des blocs notes. Sa vie prend un tournant innatendu lorsqu'il rencontre Sasha, une blonde qui hante ses rêves depuis plusieurs années...

 

La Marche Rouge (polar - fantasy, adulte, suite de Décadence) : premier jet en cours, chapitre 14 sur 14.

Badia et Fahim ont pris des chemins différents. Le devin tente d'oublier ses chimères et a trouvé une retraite dans un Temple perdu dans la montagne. La jeune femme est quant à elle de retour à Twynte, bien décidée à rendre l'organicisme officielle...

 

Celui qui parle (roman ado) : premier jet terminé.

Le 31 décembre 1999 à minuit, la voix a disparu de la surface de la terre. Plus personne ne parle. Sauf Roméo, qui est justement né le 31 décembre 1999 à minuit. Mais ce n'est pas facile d'être Celui qui Parle, dans un monde devenu muet...

 

Les démons de l'East End (recueil de nouvelles policier / fantastique) : 4ème nouvelle en cours de rédaction : 21b Baker Street

Lors de l'été 1890, une horde de démons de l'enfer a déferlé sur Londres. La plupart ont été tués durant la première semaine. Mais les survivants se sont terrés dans l'est de la capitale britanique et commentent à l'occasion des crimes horribles...

 

A corps perdu (Bande dessinée réaliste) : découpage en cours (21 pages découpées sur 54).

Bérénice a un comportement particulier : elle utilise les choses, les gens, les boulots, puis les jette. Mais sa vie change le jour où emménage chez elle un chat qui parle.


Rechercher