Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 10:23

Ce qui suit n'est que pure fiction. Ce n'est pas du tout le sort que voudrait que subisse mon banquier. Non, c'est juste ce que m'on inspiré les mots : respiration – ventre – cafetière.

D'ailleurs, j'aime mon banquier. En plus.


La respiration par le ventre est une technique servant à réguler le stress. Henri la connaissait, la maîtrisait même. Quant à l'appliquer, il ne fallait pas exagérer.

Le canon de l'arme qu'on pointait sur lui lui semblait énorme. Une gueule démesurément grande, ronde et noire, à quelques centimètres de son nez. Ça sentait le métal, la poudre, la mort. Est-ce qu'il allait pouvoir se retenir de pisser encore longtemps ?

_ Le code, répéta l'homme qui tenait le fusil.

Henri respirait fortement et bruyamment. Il ferma les yeux, serra très fort et les ouvrit d'un coup sec. Il était toujours là, en face de lui, encagoulé, armé et agressif. Enfin, agressif, pas vraiment. Sa voix restait calme, et ses paroles n'étaient jamais grossières. Seule son action était source d'agressivité.

_ Le code. Il reste trente secondes... Après ce délai, j'appuie sur la gâchette.

Oui. Son ultimatum faisait également montre d'une certaine agressivité.

Henri craqua. Il se pissa dessus et sa respiration devint encore plus rapide. Puis il se mit à trembler et à perdre toute sensation dans ses mains. D'une position assise, il se laissa glisser au sol et tout son corps fut pris de soubresauts. Il ne sentait plus ses bras, ne pouvait plus bouger les jambes. Il ne parvenait qu'à implorer :

_ Aidez-moi !! Je peux plus bouger !!!

Depuis cinq ans qu'il était directeur de banque, Henri subissait son premier hold-up et sa première crise de tétanie.

Quelques minutes plus tard, il eut conscience d'une odeur. Une odeur réconfortante. Une cafetière faisait passer son liquide noir et réconfortant. Sa cafetière. Dans son bureau.

Il avait dû perdre connaissance... Il passa une main fébrile dans ses cheveux grisonnants et se demanda si c'était terminé, s'ils avaient réussi à forcer le coffre, si la police était intervenue, ou si le fou au fusil attendait derrière la porte qu'il revienne à lui.

Il n'eut pas long à attendre. La porte s'ouvrit et plusieurs personnes s'approchèrent de lui. On le leva, on l'épousseta. On lui fit boire quelques gorgées de café. Et l'homme s'assit devant lui. Lui. L'homme au fusil.

Mais sans fusil. Et sans cagoule. Et avec un curieux sourire. Il dit :

_ Notre compagnie d'assurance est heureuse de constater que votre établissement respecte les règles de sécurité, monsieur Robert. Vous n'avez pas donné le code et vous avez enclenché l'alarme muette. Nous allons pouvoir négocier votre contrat à la baisse.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Ecriture
commenter cet article

commentaires

Alice 21/04/2009 15:44

Ca c'est de l'audit ^^

Sylvain Lasju 22/04/2009 15:04


Aujourd'hui, les prises d'otage, c'est courant en entreprise...


Avancée des différents projets

Voici tous mes projets actuels, avec leur nature et leur état d'avancement.


 

Rêve de papier (Roman ado) : V3 terminée, en recherche d'un éditeur.

Depuis que son père a disparu, Martin note ses rêves sur des blocs notes. Sa vie prend un tournant innatendu lorsqu'il rencontre Sasha, une blonde qui hante ses rêves depuis plusieurs années...

 

La Marche Rouge (polar - fantasy, adulte, suite de Décadence) : premier jet en cours, chapitre 14 sur 14.

Badia et Fahim ont pris des chemins différents. Le devin tente d'oublier ses chimères et a trouvé une retraite dans un Temple perdu dans la montagne. La jeune femme est quant à elle de retour à Twynte, bien décidée à rendre l'organicisme officielle...

 

Celui qui parle (roman ado) : premier jet terminé.

Le 31 décembre 1999 à minuit, la voix a disparu de la surface de la terre. Plus personne ne parle. Sauf Roméo, qui est justement né le 31 décembre 1999 à minuit. Mais ce n'est pas facile d'être Celui qui Parle, dans un monde devenu muet...

 

Les démons de l'East End (recueil de nouvelles policier / fantastique) : 4ème nouvelle en cours de rédaction : 21b Baker Street

Lors de l'été 1890, une horde de démons de l'enfer a déferlé sur Londres. La plupart ont été tués durant la première semaine. Mais les survivants se sont terrés dans l'est de la capitale britanique et commentent à l'occasion des crimes horribles...

 

A corps perdu (Bande dessinée réaliste) : découpage en cours (21 pages découpées sur 54).

Bérénice a un comportement particulier : elle utilise les choses, les gens, les boulots, puis les jette. Mais sa vie change le jour où emménage chez elle un chat qui parle.


Rechercher