Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 14:56
Salut.
A la demande générale, je poste un second extrait de "A corps perdu" (extrait qui permet de mieux comprendre le choix du titre). C'est donc la même héroïne. Après son visage de jour, voici celui de la nuit. Elle est donc dans un bar et elle se laisser draguer.


 Tu te demandes bien quand ta conquête du jour va arriver lorsque tu sens une pression sur l'épaule.

_ Hey, Sophie ! C'est bien toi ?

Le gars, tu ne le connais ni d'Eve ni d'Adam mais il te colle la bise et te souris comme si vous aviez passé la primaire ensemble. Culotté, le nouveau.

_ Salut, réponds-tu, euh...

_ Marc !

Mais bien sûr ! Marc et Sophie... Tu te marres à gorge déployée. Il te reluques d'un air perplexe.

_ Marc, ça faisait un bail. Je suis bien contente de te retrouver. Tu vois, je suis nouvelle ici et je connais presque personne. Tu me payes un verre ?

Une minute plus tard, une margarita est posée sous ton nez. Le Marc a son bras autour de ta hanche. Il a une tête éberluée, comme s'il était lui-même étonnée que son plan drague fonctionne réellement. Et il parle... Tu n'écoutes un traître mot de ce qu'il raconte et tu hoches la tête d'un air concentré. Lorsque tu as terminé ton verre, tu demandes d'un ton lourd en insinuations :

_ Tu me payes un verre, chez toi ?

Ses yeux clignotent.

_ Ouais.

C'est presque en courant qu'il quitte le bar en te traînant derrière. Tout ce que tu espères, c'est qu'il ne sera pas aussi rapide au lit.

Durant la marche jusqu'à son appartement, tu temporises, tu humes l'air de la nuit et tu essaies de le faire parler de lui. Plusieurs fois, tu arrives à lui faire inventer des anecdotes qui t'impliquent et tu es émerveillée par son aplomb. Les hommes sont parfois complètement débiles.

Sur la fin du trajet, vous marchez plus lentement. Il commence à s'écouter parler, à croire à ses mensonges. C'est toi qui le presses, la main sur les fesses.

Il habite dans une maison de ville assez coquette. Il est certainement plus riche que ne le laissaient penser ses mensonges. Sur la sonnette, tu as lu Germain Faye.

A l'intérieur, il te propose le fameux verre prétexte, mais tu lui sautes dessus et le scotche sur le divan. Un peu surpris, il commence vite à se laisser aller et ses mains te caressent les fesses et le dos. Tout d'un coup, il te lance :

_ Tu veux que je mette la télé ?

Regard hostile.

_ Ça va pas, non ?

Vous continuez à vous embrasser. Tu soulèves sa chemise et tu découvre un torse glabre appétissant. De son côté, il passe ses doigts sous ton pantalon lâche, visitant fesses et cuisses.

Tu te mets debout et, un sourire coquin vissé sur les lèvres, tu fais glisser le pantalon et la culotte de coton sur tes chevilles. Aussitôt, il envoie valser son futal et sa chemise. Il est en slip... et en chaussettes. Tu regardes gravement ses pieds.

_ Vire ça.

Il s'exécute. Tu enlèves ton T-shirt et tu te colles sur lui, prête à lui arracher le slip avec les dents. Il se recule vivement.

_ Attends, t'as ??

_ Et toi, t'en a pas ?

_ Dans la chambre !

Vous allez tous les deux dans la pièce suivante, les bouches collées, les mains baladeuses, le souffle rauque. Vous vous retrouvez enlacés sur le lit, prêts à passer à l'acte. Comme prévu, il enfile son capuchon avant de s'intéresser à ton anatomie la plus intime.

En missionnaire, tu as une vue imprenable sur les mimiques de son visage. Les sourcils se froncent, les paupières se retroussent, les yeux papillonnent, tout ça en désordre. Soudain, tu comprends.

_ Hey, t'es pas en train de...

_ Heu...

Tes premières craintes étaient fondées. Le type est un pressé. Il baragouine :

_ Si on allume la télé, ça va m'aider à rester... plus longtemps.

_ Putain, tu pouvais pas le dire plus tôt ?

Tu le traînes jusqu'au salon et et tu allumes cette saloperie de télé. Son coupé. C'est une rediffusion d'une émission people sans intérêt. Ça crée un éclairage changeant et désagréable, mais si ça lui permet de tenir assez longtemps, tu es prête à faire un effort.

De nouveau en missionnaire, sur le canapé. Il a la tête sur le côté, concentré sur la lucarne hypnotique. Tu as les yeux fermés, ton imagination perdue entre Brad Pitt et Sergi Lopez. Tu sens que ça monte, que ça monte, que ça monte... Tu cherches son prénom.

_ Germain !!!

Tu as hurlé à en réveiller les voisins, te contorsionnant sous l'effet de l'orgasme. Tu ne vois pas son air ébahi alors qu'il jouit à son tour.

A peine calmée, tu te rhabilles, posément, le sourire conquérant. Il murmure :

_ Alors, c'était comment ?

Tu gardes le silence jusqu'à ce que tu aies récupéré toutes tes affaires, puis tu l'embrasses sur le front.

_ C'était pas terrible, mon petit Germain. Je te donne quatre sur dix. Tu aurais eu sinx sans la télé. Essaie les préservatifs avec retardateurs et... change de technique de drague.

Un vague geste de la main, un dernier coup d'oeil circulaire et te voilà de nouveau dans la douceur de la nuit. A ton portable, il est une heure du matin et tu en as pour une demi-heure de marche.

Tu dormiras vers trois heures.



Si vous voyez des coquilles ou si vous avez des remarques, vous pouvez laisser un comm.

Normalement, je ne mets plus d'extraits de ce texte en ligne. Je bosse de nouveau sur Alienation.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Lasju - dans Mon actualité littéraire
commenter cet article

commentaires

eterlutisse 16/02/2009 19:15

Un drôle de personnage qui passe son temps à juger les autres. Il intrigue... Cependant c'est pas bien de nous allécher comme çà puis de nous écrire en fin de texte que tu bosses sur autre chose ! C'est un bon début mais qui ne vaut que si l'essai est transformé car cette garce qu'on apprécie malgré tout on a envie de savoir ce qui la pousse à se faire juge de ceux qu'elle rencontre. Donc j'imagine que si on est patient on aura la suite...

Sylvain Lasju 17/02/2009 17:01


Je fais comme mon personnage : j'aguiche et je me sauve en courant. Arf arf.
Plus sérieusement, je ne vais pas mettre la suite. je n'aurais déjà pas du poster cet extrait (que personne ne commente d'ailleurs). Le but de ce blog, c'est de poster des textes courts et
indépendants, voila.
A + sur baobab city


Avancée des différents projets

Voici tous mes projets actuels, avec leur nature et leur état d'avancement.


 

Rêve de papier (Roman ado) : V3 terminée, en recherche d'un éditeur.

Depuis que son père a disparu, Martin note ses rêves sur des blocs notes. Sa vie prend un tournant innatendu lorsqu'il rencontre Sasha, une blonde qui hante ses rêves depuis plusieurs années...

 

La Marche Rouge (polar - fantasy, adulte, suite de Décadence) : premier jet en cours, chapitre 14 sur 14.

Badia et Fahim ont pris des chemins différents. Le devin tente d'oublier ses chimères et a trouvé une retraite dans un Temple perdu dans la montagne. La jeune femme est quant à elle de retour à Twynte, bien décidée à rendre l'organicisme officielle...

 

Celui qui parle (roman ado) : premier jet terminé.

Le 31 décembre 1999 à minuit, la voix a disparu de la surface de la terre. Plus personne ne parle. Sauf Roméo, qui est justement né le 31 décembre 1999 à minuit. Mais ce n'est pas facile d'être Celui qui Parle, dans un monde devenu muet...

 

Les démons de l'East End (recueil de nouvelles policier / fantastique) : 4ème nouvelle en cours de rédaction : 21b Baker Street

Lors de l'été 1890, une horde de démons de l'enfer a déferlé sur Londres. La plupart ont été tués durant la première semaine. Mais les survivants se sont terrés dans l'est de la capitale britanique et commentent à l'occasion des crimes horribles...

 

A corps perdu (Bande dessinée réaliste) : découpage en cours (21 pages découpées sur 54).

Bérénice a un comportement particulier : elle utilise les choses, les gens, les boulots, puis les jette. Mais sa vie change le jour où emménage chez elle un chat qui parle.


Rechercher